Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par T'es une vrai petite Sheila !

Sheila 1982 Gloria

Umberto Tozzi - Bigazzi - Beitch / Adaptation : Claude Carrère - Jean Schmitt

Label Carrère

Référence 13 013

Durée 4 m 23 s

Adaptation du Gloria d'Umberto Tozzi sorti en 1979.

 

Gloria
À toi qui es parti
Sans le vouloir, sans choisir
Et cependant sans rien dire
Gloire à toi qui as gardé
Un morceau de liberté
Que personne n'a pu t'arracher
Pour lequel tu es tombé
Et pour lequel aujourd'hui
Ce n'est pas dans mon esprit
Le souvenir ou l'oubli
Glori-gloria

Gloria
À toi qui à vingt ans
Finis ta vie en chantant
Dans un coin perdu pour du vent
Car tu n'as pas chassé
De la guerre la stupidité
Ha ha ha glori-gloria

Gloria
Tu n'avais rien demandé
Jamais rien su refuser
Mais quelque chose t'a poussé
T'a donné le droit d'espérer
Au fond de toi tu croyais
À l'honneur, à la fierté
Glori-gloria

Han han han han han han

Gloria
À toi qui es parti
Sans le vouloir sans choisir
Et cependant sans rien dire
Gloire à toi qui es de retour
Qui voudrais pouvoir dormir la nuit
Sans entendre le bruit un peu sourd
Que fait en tombant un ami
Contre lequel aujourd'hui
Ce n'est pas dans ton esprit
Le souvenir ou l'oubli
Glori-gloria

Gloria
À toi qui à vingt ans
Es revenu en chantant
Parmi ceux qui t'attendaient tant
Sans pouvoir oublier
Qu'on meurt pour des stupidités
Ha ha ha, glori-gloria

Gloria
Tu n'avais rien demandé
Jamais rien su refuser
Mais quelque chose t'a poussé
T'a donné le droit d'espérer
Au fond de toi tu croyais
À l'honneur, à la fierté
Glori-gloria
Gloria, Gloria, Gloria

 

Sheila 1974  Glory Alleluia

A .Pascal

Label Carrère

Référence 67 098

Durée 3 m 10 s

 

La plus belle nuit du monde
C'est cette nuit de Noël
Où les bergers étonnés
Ont levé les yeux vers le ciel
Une étoile semble dire
Suivez-moi je vous conduis
Il est né cette nuit

Refrain :
Glory Glory Alleluia
Glory Glory Alleluia
Glory Glory Alleluia,
Chantons chantons Noël

Sur la paille d'une étable
Ils se sont agenouillés
Les pauvres comme les princes
Au pied de l'enfant nouveau-né
Et ce chant comme une source
A traversé le pays
Il est né cette nuit

Refrain

La plus belle nuit du monde
C'est cette nuit de Noël
Dans le cœur de tous les hommes
Un peu d'amour descend du ciel
Tant de choses nous séparent
Cette étoile nous unis
Il est né cette nuit

Refrain

Glory Glory Alleluia
Glory Glory Alleluia
Glory Glory Alleluia,
Chantons chantons Noël (bis)

 

Sheila 1985 Je suis comme toi

Musique : Yves Martin / Paroles : Alex Martin

Label Carrère

Référence 13 673

Durée 3 m 41 s

 

Comme toi, j'ai souvent besoin de parler
Comme toi, je ne vis ma vie qu'à moitié
Et le temps passe sur les calendriers
Et le temps casse tous les miroirs qu'on aimait

Comme toi, j'ai eu des amours difficiles
Comme toi, des envies de mourir faciles
Et le monde change, mais laisse-le donc changer
Et la vie change, elle est comme ça, ça va passer

Je suis comme toi
Y a pas d'couleur sur ton av'nir
Y a moins d'chaleur dans tes souvenirs
Et ça t'fait mal
Et ça t'fait mal
Y a comme une gêne dans ton plaisir
Dans ton journal

Comme toi, j'ai passé des jours à crier
Comme toi, j'ai perdu la tête, arrêté (machine, machine)
Mes machines, qui n'entend plus personne (planning, planning)
Fait son planning de tes yeux qui s'étonnent

Comme toi, je ne suis pas de celles qui renoncent
Comme toi, devant le bateau qui s'enfonce
Mais la mer monte, tu vas la démonter
Et la vie compte, sur toi, oui toi, pour tout changer

J'étais comme toi
Y a pas d'couleur sur ton av'nir
Y a moins d'chaleur dans tes souvenirs
Et ça t'fait mal
Et ça t'fait mal
Y a comme une gêne dans ton plaisir
Dans ton journal

Et le monde change, mais laisse-le donc changer
Et la vie change, elle est comme ça, ça va passer
Je suis comme toi, je suis comme toi
Ta vie, comme les films de Godard,
Un jour c'est blanc, un jour c'est noir
Et c'est normal, et c'est normal
Tu fais la paix avec le pire
Le meilleur, c'est pour l'avenir


Sheila 1978 Kennedy Airport

Toto Cutugno - Claude Carrère - Jean Schmitt

Label Carrère

Référence 49 413

Pochette Benjamin Augers / S.L.C.

Durée 3 m 41 s


Une femme arrive sur Kennedy airport
Quatre heures de vol sur l'Atlantique
C'est comme un film d'amour Paris/New-York
Un homme attend derrière la vitre
I love you, i love you, i need you
I want you i, want you, je t'aime
Ah, ah, ah, ah, ah, ah

L'avion descend vers Kennedy airport
Elle pense en voyant l'Amérique
Un an d'absence, de lutte et de remords
Sa vie est au bout de la piste
I love you, i love you, i need you
I want you, i want you, je t'aime
Ah, ah, ah, ah, ah, ah

Trafic dans la ville
Cinquième avenue, vingt-huitième étage
Appartement deux mille
Murs blancs, souvenirs, tableaux irréels
Musique d'un amour ouvert sur le ciel

Il fend la foule de Kennedy airport
Et pour eux s'agrandit l'espace
Plus d'océan, plus rien entre leur corps
Que quelques pas et face à face
I love you, i love you, i need you
I want you, i want you, je t'aime
Ah, ah, ah, ah, ah, ah

Trafic dans la ville
Cinquième avenue, vingt-huitième étage
Appartement deux mille
Murs blancs, souvenirs, tableaux irréels
Musique d'un amour ouvert sur le ciel

I love you, i love you, i need you
I want you, i want you, je t'aime
Ah, ah, ah, ah, ah, ah

Trafic dans la ville
Cinquième avenue, vingt-huitième étage
Appartement deux mille
Murs blancs, souvenirs, tableaux irréels
Musique d'un amour ouvert sur le ciel

Trafic dans la ville
Cinquième avenue, vingt-huitième étage


Sheila 1972 Le mari de Mama

Koelewijn - Schoonhoven / Claude Carrère - Jean Schmitt

Label Carrère / Phonogram

Référence 6061 204

Pochette Benjamin Auger

Durée 3 m 20 s


REFRAIN:
Le mari de mama, le mari d'mama
Quand sa femme n'est pas là
Ne s'ennuie pas
Le mari de mama.

Il fredonne "cigarettes, whisky et p'tites pépées"
Fait le ménage en revenant du marché
Lave la vaisselle, cire les parquets
Sans même déjeuner
Pour aider mama
Qui préfère aller au cinéma

REFRAIN

Son meilleur ami qui d'ailleurs ne s'en cache pas
Est depuis toujours amoureux fou de mama
Mais il sait qu'il ne faut jamais
La serrer de près
Quand on parle de mama
Alors là le mari ne plaisante pas

Le mari de mama, le mari d'mama
Quand on parle de sa femme
Ne plaisante pas
Le mari de mama

REFRAIN

Le mari de mama, le mari d'mama
Quand on parle de sa femme
Ne plaisante pas
Le mari de mama …


Sheila 1963 Papa t’es plus dans le coup

Jil & Jan

Label Philips

Référence 432 866 BE

Durée 1 m 29 s


Papa papa, papa, t'es plus dans l'coup papa (bis)
Tu m'avais dit dès ma plus tendre enfance
Bien mal acquis ne profite jamais
En grandissant, au fil de l'existence
J'ai vu que ce n'était pas toujours vrai
Papa papa, papa, t'es plus dans l'coup papa (bis)
Tu m'avais dit : Mon enfant sur la terre,
Aide tes frères tu seras récompensée
Moi j'ai prêté ta voiture à Jean-Pierre
Il m'la ramenée en pièces détachées
Papa papa, papa, t'es plus dans l'coup papa (bis)
Tu devrais ma parole,
Retourner bien vite à l'école
Réviser ton jugement
Crois-moi ce serait plus prudent
Tu m'avais dit pour me mettre en confiance
Que le travail conserve la santé,
J'ai travaillé chaq'jour sans défaillance
Depuis je suis fatiguée, anémiée
Papa papa, papa, t'es plus dans l'coup papa (bis)
Tu m'avais dit : Ce garçon est volage,
Fais attention, il va te faire souffrir
Pourtant près d'lui je vis dans un nuage
Et le bonheur danse sur mon sourire
Papa papa, papa, t'es plus dans l'coup papa (bis)
Papa papa, papa, t'es plus dans l'coup papa (bis)
Papa papa, papa, t'es plus dans l'coup papa (bis)


Sheila 1971 Les Rois Mages

Capuano / Stout / Jean Schmitt & Claude Carrère

Label  Carrère

Référence 6061 135

Durée 3 m 19 s


Comme les Rois Mages en Galilée
Suivaient des yeux l'étoile du Berger
Je te suivrai, où tu iras j'irai
Fidèle comme une ombre jusqu'à destination

Comme les Rois Mages en Galilée
Suivaient des yeux l'étoile du Berger
Comme Christophe Colomb et ses trois caravelles
Ont suivi le soleil avec obstination

Plaise au ciel que j'ouvre mes fenêtres
Le matin au bord d'un étang bleu
Plaise au ciel que rien ne nous arrête
Dans ce monde aventureux

Comme les Rois Mages en Galilée
Suivaient confiants l'étoile du Berger
Mon Amérique, ma lumière biblique
Ma vérité cosmique, c'est de vivre avec toi

Plaise au ciel que s'ouvrent les nuages
L'éclaircie dévoile le chemin
Plaise au ciel qu'au terme du voyage
Son triomphe soit le mien

Comme les Rois Mages en Galilée
Suivaient confiants l'étoile du Berger
Comme Christophe Colomb et ses trois caravelles
Ont suivi le soleil avec obstination


Sheila 1972 Samson et Dalila

Stott / M. et G. Capuano / Claude Carrère - Jean Schmitt

Label Carrère

Référence 6061 200

Durée 3 m


Samson et Dalila
Vivaient en des temps bibliques,
De leurs amours tragiques,
Qui de nous ne se souvient pas…
Na na na na na
Na na na na na na
Na na na na na
Na na na na na…
Qu'ils ont connus tous deux,
Un destin aventureux,
Et devinrent légendaires,
Comme tous les amants fabuleux ?

Quand je pense à eux,
Moi, je pense à toi !
Quand je pense à eux,
Moi, je pense à toi !
Na na na na na
Être fidèle c'est essentiel !
Na na na na na na
Si tu m'aimais tout comme Samson,
Na na na na na
Je ne serais pas Dalila !
Na na na na na

Elle lui ôta la force,
Que le Ciel donnait à ses cheveux,
C'est ainsi que son nom,
Devint symbole de trahison !
Na na na na na
Na na na na na na
Na na na na na
Na na na na na…

Être fidèle c'est essentiel !
Na na na na na
Si tu m'aimais tout comme Samson,
Na na na na na
Je ne serais pas Dalila !
Na na na na na na

Samson eut la vision,
Que Dieu guiderait ses faibles mains,
On l'a tous vu détruire,
Debout, le temple philistin…

Quand je pense à eux,
Moi, je pense à toi !
Quand je pense à eux,
Moi je pense à toi !
Na na na na na
Être fidèle c'est essentiel !
Na na na na na na
Si tu m'aimais tout comme Samson,
Na na na na na
Je ne serais pas Dalila !
Na na na na na na

Quand je pense à eux, moi je pense à toi,
Être fidèle c'est essentiel !
Quand je pense à eux, moi je pense à toi,
Si tu m'aimais tout comme Samson,
Quand je pense à eux, moi je pense à toi,
Je ne serais pas Dalila !
Quand je pense à eux, moi je pense à toi


Sheila 1980  Les sommets blancs de Wolfgang

Mat Camison - Claude Carrère / Claude Carrère - Jean Schmitt

Label Carrère

Référence 49.613

Durée 3 m 42 s


Pas possible que l'on vive
Sans stéréo, radio et vidéo
Sans idole, rock'n'roll
Sans musique pour aimer, pour s'évader
Dans la ville, hémophile
Quelqu'un détient le pouvoir d'oublier
Son standard, son travail
Partir en planant

Vers les sommets blancs de Wolfgang
Comme un dessin de Folon
Un homme s'envole de son standard
Sur la musique de Mozart
Les écouteurs en forme de coeur
Un homme s'envole sur les sommets blancs de Wolfgang

Comme des fous de partout
Tout le monde téléphone chez Paterson
Électrique compagnie
Mais plus de ligne, plus de contact personne
Les affaires restent en l'air
C'est un affolement international
Un maillon de travail
A changé d'idéal

Vers les sommets blancs de Wolfgang
Comme un dessin de Folon
Un homme s'envole de son standard
Sur la musique de Mozart
Les écouteurs en forme de coeur
Un homme s'envole sur les sommets blancs de Wolfgang

Et je file me faufile
Dans la ville vers l'homme qui s'envole
Dans l'auto ma radio
Téléguide ma course un peu folle
Vers une tour aux étages
Noyée dans les nuages

Vers les sommets blancs de Wolfgang
Comme un dessin de Folon
Un homme s'envole de son standard
Sur la musique de Mozart
Les écouteurs en forme de coeur
Un homme s'envole sur les sommets blancs de Wolfgang
(Ad Libitum)


Sheila 1988 Le tam-tam du vent

Didier Barbelivien

Label Marshe / Phonogram

Référence 874698-7

Durée 3 m 44 s


Le tam-tam du vent
Me dit que tu mens
Que tu penses à elle
À toute heure à tout moment
Oh le tam-tam du vent
Me dit que tu mens

Le tam-tam du vent
Me dit tout de toi
Je sais où et quand
Tu l'as vue la première fois
Oh le tam-tam du vent
Me dit que tu mens

Ça se lit dans tes yeux
Ça se voit sur tes lèvres
Que tu es amoureux vraiment
Ce parfum qui sent l'heure bleue
Ces cheveux blonds sur ta veste
Je les reconnais trop souvent

Le tam-tam du vent
Me dit que tu mens
Tu n'sais pas quoi faire
Pour paraître indifférent
Mais le tam-tam du vent
Me dit tes sentiments

Le tam-tam du vent
Par dessus les toits
Voit tous les amants
Et tous les menteurs comme toi
Oh le tam-tam du vent
Est un témoin gênant

Ça se lit dans tes yeux
Ça se voit sur tes lèvres
Que tu es amoureux vraiment
Ce parfum qui sent l'heure bleue
Ces cheveux blonds sur ta veste
Je les reconnais trop souvent

Le tam-tam du vent
Me dit que tu mens
Que tu penses à elle
À toute heure à tout moment
Oh le tam-tam du vent
Est un témoin gênant

Le tam-tam du vent
Me dit tout de toi
Je sais où et quand
Tu l'as vue la première fois
Oh le tam-tam du vent
Me dit que tu mens


Sheila 1981 Une affaire d’amour

Jean Kluger Daniel Vangarde / Nelly Byl Claude Carrère Jean Schmitt

Label Carrère

Référence 49.813

Durée 2 m 59 s


Tes valeurs cotées en bourse prennent des point et tu t'excites
Tu recomptes dix fois tes gains, tu dors avec ta calculatrice
Et moi et moi je dors toute seule en moi tes actions baissent
Nuit et jour le travail t'accapare et tu me délaisses
Aux affaires acheteurs, vendeurs, bilans, finances
Banques, crédits, emprunts
Je préfère mourir de plaisir, sourire, loisirs
Car en commun

On a une affaire d'amour, non pas l'amour des affaires
Une affaire d'amour à rendre un jour plus prospère
On a une affaire d'amour, non pas l'amour des affaires
À gérer, à mettre ensemble au clair

Un investissement tendresse serait dans les meilleurs délais
Avec beaucoup de caresses une garantie de succès
Ni à l'est ni à l'ouest on ne verra une telle expansion
Avec de gros bénéfices de bonheur dans nos relations
Aux ambitions, implantations planétaires, marchés colossaux
Je dis non à corps bilatéraux à revoir à huis clos

On a une affaire d'amour, non pas l'amour des affaires
Une affaire d'amour à rendre un jour plus prospère
On a une affaire d'amour, non pas l'amour des affaires
À gérer, à mettre ensemble au clair

Les fluctuations des cours du jour te sapent le moral
Tu fais des opérations où il n'y a que des décimales
Et moi et moi je dors toute seule en moi tes actions baissent
Ce n'est pas à la corbeille qu'on traite ce qui m'intéresse

On a une affaire d'amour, non pas l'amour des affaires
Une affaire d'amour à rendre un jour plus prospère
On a une affaire d'amour, non pas l'amour des affaires
À gérer, à mettre ensemble au clair

(Ad Libitum)


Sheila 1976 La voiture

M. Tassy - Claude Carrère - Vline Buggy

Label Carrère

Référence 49 242

Durée 3 m 15 s


Je roule toute seule dans ma voiture
Les arbres défilents à toute allure
Je tiens le volant serré dans mes doigts
Et c'est toi que je tiens dans mes bras
Car par la pensée, tu es là

Je roule toute seule dans ma voiture
Sérieuse, j'ai bouclé ma ceinture
Il est déjà tard, le cadran marque six heures
Pourtant le compteur de vitesse
Comme à vide tourne à cent à l'heure

Un virage, un pont, un pommier en fleurs
J'aperçois ton visage dans le rétroviseur
Je vois une antenne tout en haut d'un toit
J'allume la radio et j'entends ta voix

Je roule toute seule dans ma voiture
Soudain, le temps devient moins sûr
La pluie, les essuie-glaces effacent
La tristesse que j'ai ressentie en partant
Un camion klaxonne en me doublant

Une station service, des publicités
Des phares qui m'éblouissent, j'ai priorité
Je vois dans la nuit en bas du tableau
Briller mon porte-clefs, ton dernier cadeau

Je roule toute seule dans ma voiture
Les arbres défilent à toute allure
Je prends une cigarette dans la boîte à gants
Partout, les fils téléphoniques
Je t'appellerai en arrivant

Je roule toute seule dans ma voiture
Je roule toute seule dans ma voiture
Je roule toute seule dans ma voiture
Je roule toute seule dans ma voiture

Commenter cet article