Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Te tuer d'amour

Sylvie Vartan sous les feux de la rampe

Le mariage des deux idoles
Johnny et Sylvie déclenchent une émeute, le curé a trop parlé!

 

Sylvie Vartan et Johnny Hallyday se marient, le 12 avril 1965 à Loconville, petite commune de l'Oise. - © AFP

 

Le 12 avril 1965, à l'église de Loconville (où les Vartan sont désormais établis), le roi du rock épouse la reine des yé-yés. Sont témoins : Luce Dijoux, J-M. Périer, le photographe de SLC, et Carlos.

Le mariage -qui aurait dû se dérouler dans l'intimité si le curé de la paroisse avait su tenir sa langue- tourne à l'émeute. Près de 2.000 fans et 180 journalistes envahissent Loconville pour tenter d'assister à la cérémonie.

Le lendemain, toute la presse relate l'événement. A cette occasion, SLC bat tous ses records de vente. La photo de Sylvie en larmes s'étale en couverture de tous les journaux (L'Express, Paris Match, Jours de France...). Certains commentent cette photo de façon très fantaisiste. Les mauvaises langues continuent de répandre la rumeur d'un mariage bidon, destiné à faire de la publicité aux deux chanteurs (comme s'ils en avaient besoin !).

 

Mais, les jeunes mariés sont déjà loin : ils sont partis en voyage de noces aux Canaries.

A peine rentrés de Las Palmas, Johnny repart terminer son service militaire tandis que Sylvie lance sa propre collection de prêt à porter et inaugure son premier fan-club.

Au retour de Johnny, Sylvie et lui emménagent place Winston Churchill à Neuilly et reprennent le travail sur un rythme trépidant. En novembre, ils ont l'honneur d'être invités par la Reine d'Angleterre à la "Royal Command Performance". Le couple chantera ensuite dans un show télévisé. Malgré le manque de moyens de l'époque, Jean-Christophe Averty conçoit une mise en scène et des lumières très recherchées qui témoignent d'une très grande créativité. Sylvie et Johnny réalisent là un show qui, aujourd'hui encore, n'a pas pris une ride. Certains s'accordent à y voir ce qu'ils ont fait de mieux ensemble, artistiquement parlant.

L'année 1966 commence par le plus grand bonheur que Sylvie pouvait en espérer. Elle attend le bébé qu'elle et son mari ont tant voulu. Elle se retire dans la maison de Loconville. Ce sera Sandra si c'est une fille, David si c'est un garçon.

Au même moment sort l'album "Il y a deux filles en moi" qui reflète la maturité de Sylvie. Pendant sa grossesse, elle continue d'enregistrer quelques chansons (dont "Mr John B."), mais se repose le plus clair de son temps.

C'est un petit David qui naît le 14 août (à un jour près comme sa maman). Johnny est rentré exprès de son concert en Italie pour être présent.

Quand elle reprend ses activités en octobre, Sylvie part en tournée en Turquie confiant David à sa grand-mère, la mort dans l'âme. A son retour, elle lui dédie son nouvel EP "Ballade pour un sourire". C'est une chanson douce qui laissera curieusement moins de traces que "Le roi David", aux accents de fanfare, qui sortira 3 ans plus tard.

Durant les semaines qui suivent la naissance de David, Johnny, vraisemblablement dépassé par ses nouvelles responsabilités, se dérobe à son rôle de père. Sylvie doit seule s'occuper de leur fils. Johnny déclare même à la presse préférer sortir et s'amuser entre copains. Les choses se gâtent lorsque sa femme annonce son intention de divorcer.

Quand il apprend la nouvelle, Johnny est entouré de ses copains. Déjà perturbé par ses démêlés avec le fisc et sa baisse de popularité, il craque. Il s'enferme dans la salle de bains et avale des barbituriques. Il est transporté d'urgence à l'hôpital. Sylvie l'y rejoint en pleurs et se réconciliera avec lui peu de temps après.

En 1967, le couple semble solide : ils partent au carnaval de Rio de Janeiro et décident de se produire ensemble à l'Olympia, non sans une certaine appréhension, tous deux craignant que leurs publics respectifs ne s'accordent pas autour d'un spectacle commun. Il leur est fait un triomphe, notamment lorsqu'ils interprètent en duo la reprise d'Ike et Tina Turner "Je crois qu'il me rend fou", au point que le spectacle devra être prolongé.

L'amour est au beau fixe, la carrière de Sylvie aussi : elle collectionne les tubes. Après "Par amour, par pitié" fin 66, "2'35 de bonheur" (son 1er duo avec Carlos) se hisse au sommet du hit-parade. L'année 67 se termine par une courte apparition musicale de Sylvie et Johnny dans le film "Les poneyttes" de Joël Lemoigne.

Début 68, Sylvie effectue une nouvelle tournée en Amérique du Sud où elle chante 2 à 3 fois par jour dans des stades de 20.000 personnes (la police dresse des grillages autour de la scène et lâche des chiens pour calmer le tempérament fougueux du public !).

Suite à un passage remarqué au "Palmarès des chansons" où elle a interprété "Gosse de Paris", Sylvie se voit proposer par Bruno Coquatrix un Musicorama exceptionnel à l'Olympia, diffusé en direct sur Europe 1 le 8 avril 1968. Elle n'est plus la petite yé-yé que certains disaient un peu gauche et qui chantait "La plus belle pour aller danser" quatre ans auparavant.

A l'aube des seventies, Sylvie amorce un tournant musical important dans sa carrière. Désormais, avec des chansons telles que "2'35 de bonheur", "Le Kid" ou "Comme un garçon", son répertoire s'approche davantage du music-hall que du rock. Elle est devenue une véritable meneuse de revue. Son spectacle met en scène ses chansons avec force changements de costumes et ballets. Le public et la presse la célèbrent unanimement.

Mais le 11 avril, un drame vient interrompre son triomphe. Sur une départementale des Yvelines, la nouvelle Osi que conduit Sylvie est percutée par un break 404. Cet accident, dont Sylvie sort blessée au menton, au cou et un bras cassé- coûte la vie à sa passagère, Mercedes, la marraine de David.Les mois qui suivent, la chanteuse est totalement abattue, culpabilisant pour la perte de son amie. Sa famille et le travail sauront la sortir progressivement de sa dépression.

Commenter cet article

cannelle 22/11/2008 12:32

Un vie de conte de fées, beaucoup de moments sombres et tristes mais aussi beaucoup de moment fulgurants de bonheur, que cela soit pour Johnny ou Sylvie, mais ils sont toujours là et ne se sont jamais apesantis sur leurs malheurs, c'est peut-être ça la clé de leur réussite, et de leur bonheur respectif actuel...